Impact écologique

Microplastiques


MICROPLASTIQUES EN BAIE DE TOKYO: REPORTAGE SUR LE PROFESSEUR TAKADA.

Reportage en Anglais sur Monsieur le Professeur Hideshige Takada au Japon. Où l’on entend que les poissons seraient responsable de la remontée des polluants présents dans les sédiments ( PCB… )

Lire l’article et voir la vidéo du reportage sur le site de NHK.


LES PRODUITS TOXIQUES LIBÉRÉS PAR LES GRANULES DE PLASTIQUES INDUSTRIELS NUISENT AU DÉVELOPPEMENT DES LARVES DE MOULES.

L’impact des granules de plastique industriel vierges de granules de plastique industriel provenant de plages a été comparé sur le dévloppement d’embrions de moules.

Source : Science Direct


Pollution plastique en Manche


MANCHE EST – MÉTAUX LOURDS, MÉTALOÏDES ET AUTRES SUBSTANCES DANGEREUSES DANS LES DÉCHETS PLASTIQUES.

Des plastiques, de la mousse et des cordages collectés sur cinq plages du Sud-Ouest de l’Angleterre ont été analysés au spectromètre pour détecter la présences de plusieurs éléments dangereux.

Source: Heavy metals, metalloids and other hazardous elements in marine plastic litter. – Science Direct – 22 Juillet 2016


MANCHE – SUR 504 POISSONS EXAMINÉS : PLUS D’UN POISSON SUR TROIS A INGÉRÉ DU PLASTIQUE.

Cette étude porte sur l’ingestion de micro-plastiques par les poissons concerne 10 des espèces présentes dans la Manche. Elle fait état de la présence de plastique dans 36,5% des systèmes digestifs des 504 poissons examinés.

Source : Occurrence of microplastics in the gastrointestinal tract of pelagic and demersal fish from the English Channel – Science direct – 26 Déc. 2012


PRÉSENCE DE MICRO-PLASTIQUES DANS LE SYSTÈME DIGESTIF DE LA SOLE ET DE L’ÉPERLAN DANS LA TAMISE.

La présente étude a été menée pour évaluer l’ampleur de l’ingestion de plastique par deux poissons de la Tamise : la sole européenne (Platichthys flesus) et l’éperlan européen (Osmerus eperlanus). Les individus ont été prélevés sur deux sites du Kent : à Erith sur la Tamise et à l’Ile de Grain près de Sheerness dans l’estuaire.

Source : Presence of microplastic in the digestive tracts of European flounder, Platichthys flesus, and European smelt, Osmerus eperlanus, from the River Thames – 30 Septembre 2016 – Science Direct.


Mollusques


IMPACT DE L’INGESTION DE POLYSTYRÈNE SUR LES HUÎTRES.

Cette étude fourni le preuve du rôle des microparticules de polystyrène dans la modification de l’alimentation et la perturbation de la reproduction des huîtres avec des impacts significatifs sur leurs progénitures.

Source : « Oyster reproduction is affected by exposure to polystyrene microplastics. » – PNAS – 22 Décembre 2015


ETUDE SUR L’INGESTION DE PLASTIQUE PAR LES BERNACLES.

http://www.deepseanews.com/2013/10/behind-the-scenes-plastic-eating-barnacles-in-the-north-pacific-gyre/\


Oiseaux marins


LES OISEAUX MARINS INGÈRENT LES DÉCHETS PLASTIQUES À CAUSE DE LEUR ODEUR.

Les résultats de cette étude suggèrent que les déchets en plastique émettent l’odeur d’une information chimique marine, créant ainsi un piège olfactif pour les animaux marins.

Source : Marine plastic debris emits a keystone infochemical for olfactory foraging seabirds – 9 Nov. 2016 –Sciences Advances


LE SPÉCIALISTE DE L’INGESTION DE PLASTIQUE PAR LES OISEAUX MARINS RÉAGIT À L’ÉTUDE AMÉRICAINE SUR LE DMS.

Les Pétrels mangent du plastique parce qu’ils pensent que c’est de la nourriture. L’erreur serait due à un signal olfactif dégagé par une algue. Le biologiste Jan Andries van Franeker de l’Institut de Recherche Marine de Den Helder estime que ce n’est pas la seule raison. M. Franeker réagit aux recherches de l’université américaine UC Davis qui ont attiré l’attention internationale la semaine dernière. « Une belle théorie », dit-il, « mais peu étayée ».

Traduction de l’interview parue le 14 Novembre 2016: https://resource.wur.nl/nl/wetenschap/show/Plastic-met-zeegeur-Onrealistisch.htm


INGESTION DE PLASTIQUE PAR LES OISEAUX MARINS.

Moins de plastique dans l’estomac des Fulmars. « Il n’est pas possible d’identifier une explication unique mais l’attention portée par le public sur la soupe de plastique et les concentrations de déchets dans les gyres océaniques semble peu à peu faire effet. La prise de conscience grandit dans tous les secteurs, dans les politiques et dans l’esprit du public. Il y a une petite amélioration dans la qualité environnementale de la Mer du Nord mais nous n’y sommes pas encore ! »

Source : 24 Nov. 2016 – Moins de plastique dans l’estomac des Fulmars – http://www.wur.nl/en/Expertise-Services/Research-Institutes/marine-research/show-marine/Plastic-waste-in-the-Sea.htm


INGESTION DE PLASTIQUE PAR LE FULMAR BORÉAL EN MANCHE ET EN MER DU NORD.

Entre 2003 et 2007, 95% des 1295 Fulmars examinés en Mer du Nord avaient du plastique dans leur estomac avec une moyenne de 35 morceaux pour un poids moyen de 0,31 g. Le niveau critique de 0,1 g était dépassé par 58% des oiseaux avec des variations régionnales allant de 48 à 78%.

Source : Monitoring plastic ingestion by the northern fulmar Fulmaris glacialis in the North Sea – Science Direct – 6 Juillet 2011


Poissons


IMPACT DU POLYSTYRÈNE SUR LES LARVES DE PERCHE COMMUNE.

Les chercheurs de L’Université d’Uppsala en Norvège ont étudié l’impact des particules de polystyrène sur les oeufs et les larves de la Perche Commune. Les oeufs et les larves ont été soumis à des concentrations de polystyrène normalement rencontrées dans l’environnement. Les chercheurs ont mis en évidence leur impact.

Source: Environmentally relevant concentrations of microplastic particles influence larval fish ecology – Magazine Science – le 3 Juin 2016 – vol 352 issue 6290


MICRO-PLASTIQUES DANS LE FOIE DES ANCHOIS EUROPÉENS.

Une équipe de chercheurs belges a mené une étude sur la présence de micro-plastique dans le foie des Anchois. L’étude révèle pour la première fois la présence de micro-plastiques dans le foie des poissons, que 80% des Anchois examinés contenaient un moins une particule de micro-plastique dans leur foie et que les particules mesuraient en moyenne 323 μm.


FRAGMENTS DE MICRO-PLASTIQUES ET DE MICRO-BILLES DANS LES TUBES DIGESTIFS DE POISSONS PLANCTONIVORES DANS LES EAUX CÔTIÈRES URBAINES.

Une équipe japonaise a étudié la présence de micro-plastiques dans les intestins de 64 anchois prélevés dans la Baie de Tokyo. La présence de micro-plastique a été détectée dans 49 des 64 poissons (77%) avec une moyenne de 2,3 morceaux par individu et un maximum de 15 morceaux a été relevé. La nature de tous les morceaux de plastique a été identifiée au spectromètre infrarouge à séries de Fourier.

Source : Microplastic fragments and microbeads in digestive tracts of planktivorous fish from urban coastal waters – Tanaka, K. and Takada, H. Sci. – Nature – 2016


Autres organismes


INGESTION DE MICRO-PLASTIQUES PAR LES NÉMATODES.

Sur le site consoglobe, Daniela Zeppilli, chercheuse à l’Ifremer,  tire la sonnette d’alarme pour les Nématodes, vers microscopiques des fonds marins.

Source: Consoglobe


PREMIÈRES PREUVES DE L’INGESTION DE MICRO-PLASTIQUES PAR LES ANIMAUX MARINS VIVANT EN PROFONDEUR.

Dans cette étude est présentée la première preuve que les micro-plastiques ont déjà intégrés les organismes vivant dans les eaux profondes.

Source : Taylor, M. L. et al. – Plastic microfibre ingestion by deep-sea organisms. – 30 Septembre 2016


INGESTION DE POLLUANTS DANS LES FOSSES OCÉANIQUES.

http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/mers-et-oceans/20160621.OBS3112/des-polluants-organiques-retrouves-dans-les-abysses.html
http://www.nature.com/news/man-made-pollutants-found-in-earth-s-deepest-ocean-trenches-1.20118?WT.mc_id=TWT_NatureNews\


LES MICRO-PLASTIQUES TRANSMETTENT DES SUBSTANCES POLLUANTES ET DES ADDITIFS AUX ARÉNICOLES.

Des vers de sable ont été exposés à du sable contenant 5% de micro-plastiques contenant des polluants chimiques (nonylphénol and phénanthrène) et contenant des additifs chimiques (du Triclosan, un antimicrobien, et du PBDE-47, un retardateur de flamme). Les micro-plastiques transfèrent les polluants et les additifs chimiques aux intestins des vers de sable, causant des troubles biologique.

Source : Microplastic moves pollutants and additives to worms, reducing functions linked to health and biodiversity: http://www.cell.com/current-biology/abstract/s0960-9822(13)01253-0


INGESTION DE PLASTIQUE PAR LE CORAIL.

L’analyse de prélèvements de planctons de surface conduites à proximité de la Grande barrière de Corail a révélé la présence de microplastiques similaires à ceux utilisés dans les peintures marines et les équipements de pêche en faible concentration sur chaque site de prélèvement.

Source : Microplastic ingestion by scleractinian corals – Marine biology – Février 2015


Mammifères marins


INGESTION DE PLASTIQUE PAR LES TORTUES OMNIVORES.

Une étude sur le régime alimentaire des tortues omnivores et des tortues grâce à des caméras.

Source: The feeding habit of sea turtles influences their reaction to artificial marine debris – http://www.nature.com/articles/srep28015\


MAMMIFÈRES MARINS : INGESTION ET EMMÊLEMENT

Une revue des cas d’ingestion et d’emmêlement chez les mammifères marins.

  • Un filet de pêche de 13 mètres, un cache moteur de voiture de 70 cm et un seau retrouvés dans l’estomac de 13 baleines échouées en Allemagne.
  • Whales, Sea Turtles, Seals: The Unintended Catch Of Abandoned Fishing Gear
  • Une étude internationale révèle l’ingestion de grandes quantités de déchets par les cachalot
  • Un nombre important de déchets a été retrouvé dans les baleines qui se sont échouées sur les côtes de la Mer du Nord début 2016.

Plancton


INGESTION DE MICRO-PLASTIQUES PAR LE ZOOPLANCTON.

Il est ici démontré que les micro-plastiques sont ingérés par le zooplancton et peuvent l’impacter. Les techniques de bio-imagerie ont été utilisées pour monter l’ingestion, l’excretion et l’adhérence des micro-plastiques sur un éventail de zooplanctons communs à l’Atlantique nord. Des niveaux d’alimentation expérimentaux ont été utilisés pour définir l’impact des déchets en plastique sur l’ingestion d’algues sur les Copépodes.

source : Microplastic ingestion by zooplankton – 21 mai 2013 – ACS publications