Les micro-plastiques transmettent des substances polluantes et des additifs aux Arénicoles

SOURCE : MICROPLASTIC MOVES POLLUTANTS AND ADDITIVES TO WORMS, REDUCING FUNCTIONS LINKED TO HEALTH AND BIODIVERSITY: HTTP://WWW.CELL.COM/CURRENT-BIOLOGY/ABSTRACT/S0960-9822(13)01253-0

[traduction du résumé de l’étude]

La fragmentation du plastique en petits morceaux entraîne une augmentation du nombre de micro-plastiques par rapport aux plus gros débris. Quand il est ingéré par les animaux, le plastique devient un moyen de transfer pour les polluants et les additifs chimiques vers les tissus. Le lien entre la présence de polluants dans le tissus des animaux et la concentration de plastique ingéré est évident mais peu d’expériences ont étudié si les polluants et les additifs sont réellement transmis par le plastique. Des vers de sable ont été exposés à du sable contenant 5% de micro-plastiques contenant des polluants chimiques  (nonylphénol and phénanthrène) et contenant des additifs chimiques (du Triclosan, un antimicrobien, et du PBDE-47, un retardateur de flamme). Les micro-plastiques transfèrent les polluants et les additifs chimiques aux intestins des vers de sable, causant des troubles biologique. Le sable transmet encore plus de polluants dans leurs tissus. L’ingestion de nonylphénol issus du PVC ou du sable réduit de 60% la capacité des coelomocytes à éliminer les bactéries pathogènes . L’ingestion du Triclosan issu du PVC diminue la capacité des vers à traiter les sédiments et a causé une augmentation de leur mortalité de 55% alors que le PVC seul a rendu les vers plus sensibles au stress oxydant de 30%. Avec l’accélération de la contamination par les micro-plastiques, cette étude indique que celle-ci peu nuire aux fonctions écophysiologiques des organismes vivants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *