Utilisation de filets dérivants biodégradables pour réduire la pêche fantôme: propriété physique et performance de pêche.

Source: Use of biodegradable driftnets to prevent ghost fishing: Physical properties and fishing performance for yellow croaker – The Zoological Society of London – Février 2016.

Quand des filets de pêche synthétiques non biodégradables sont perdus, abandonnés ou jetés par dessus bord, ils peuvent continuer à attraper des poissons et d’autres animaux pendant une longue période. Ce phénomène est connu sous le nom de « pêche fantôme ». D’un autre côté, les filets de pêche biodégradables sont prévus pour se dégrader ou se décomposer après un certain temps dans l’eau et perdent ainsi leur capacité de pêche fantôme plus rapidement qu’un engin traditionnel. Un matériau biodégradable a été mis au point pour les filets: un mélange à 82% de succinate de polybutylène (polybutylene succinate – PBS) et de 18% de polybutylène adipate-co-téréphtalate (polybutylene adipate-co-terephthalate – PBAT).

Nous avons examiné les propriétés physiques et la dégradation des monofilaments et comparé les performance de pêche de filets dérivants fabriqués à partir de nylon conventionnel et de ce matériau biodégradables. Quand il est sec, le monofilament en nylon conventionnel a montré une plus grande résistance à la rupture et à l’élongation que le monofilament en nylon conventionnel du même diamètre. Quand il est mouillé, le monofilament biodégradable a montré une rigidité une fois et demi supérieure à celle du monofilament en nylon. Cela suggère qu’un filet fabriqué avec un fil biodégradable moins flexible pourrait avoir une efficacité de pêche réduite par rapport aux filets conventionnels.

Toute fois, la comparaison des performances de pêche entre les filets en nylon biodégradable et en nylon conventionnel a révélé des taux de prise similaires pour le Corbeau Jaune – Larimichthys polyactis.

Figure 8: Length distributions of yellow croakers caught in experimental driftnets.

Le fil biodégradable a commencé à être dégradé par les organismes marins après 24 mois dans l’eau.

Figure 7: The degradation process of the immersed biodegradable monofilament observed with a scanning electron microscope. Pictures show the degradation states at 6-month intervals up to 42 months.

Nous en avons conclu que les filets biodégradables pourraient devenir une alternative aux filets en nylon conventionnel et peuvent contribuer à réduire la pêche fantôme dans le temps.

Malgré tout, il subsiste des incertitudes, des challenges et des lacunes qui doivent être résolus avant que nous soyons capables de dresser des conclusions définitives à propos des bénéfices généraux que peuvent apporter ces matériaux pour la pêche au filets dérivants.