Terrains synthétiques : des millers de tonnes de granules de caoutchouc perdus tous les ans !

Source : kimointernational.org – Le 27 Février 2017 –  Microplastic Pollution from Artificial Grass – A Field Guide.

Les terrains de jeux et de sport en pelouse synthétique sont de plus en plus répandus, notamment dans le domaine du football. Ils sont constitués d’un tapis de fibres synthétiques étendu sur un lit de sable. Un lit des granules de caoutchouc peut être intercalé pour améliorer la qualité des terrains. 90% de ces granules de caoutchouc sont issus du recyclage de pneus. Ils contiennent suffisamment de produits chimiques toxiques et cancérigènes pour envisager une réglementation concernant les aires de jeux destinées aux enfants.

En Europe du Nord, selon les pays, les pertes de granules pendant l’utilisation des terrains de football entraînent des rechargements annuels de l’ordre de 500 à 1900 tonnes.

Source : http://www.kimointernational.org

Sources de pertes et conséquences:

  • Les granules et les micro-plastiques qu’ils produisent pendant l’usage se répandent dans l’atmosphère et se disséminent autour des terrains.
  • En extérieur, ces granules perdus entrent dans le système de collecte des eaux de pluie et sont disséminés par le vent.
  • En intérieur, ils peuvent entrer dans le système de collecte des eaux usées pendant le nettoyage des salles de sport.
  • Les granules et les micro-plastiques sont emportés par les usagers via leurs vêtements, chaussures et sacs de sport et ils peuvent entrer dans le système de collecte des eaux usées pendant leur nettoyage.

En Suède, il est estimé que la quantité annuelle de caoutchouc entrant dans le milieu marin et les cours d’eau et de 70 kg par terrain de football synthétique. Cette valeur peut être supérieure dans les pays où le traitement des eaux est moins exigeant.

De nombreuses solutions existent pour limiter la dissémination de ces micro-plastiques dans les milieux aquatiques:

  • Promouvoir les terrains naturels à travers des financements sélectifs.
  • Promouvoir les terrains synthétiques en intérieur.
  • Améliorer la conception des terrains pour limiter les pertes.
  • Améliorer le stockage des granules pour éviter les pertes accidentelles.
  • Utiliser des machines de nettoyage permettant la récupération des granules en vue de leur réutilisation.
  • Stocker la neige évacuée des terrains sur une bâche en vue d’utiliser les granules qu’elle contient lors de la saison suivante.
  • Les granules usagés doivent être considérés comme des déchets toxiques. Les aménagements doivent être prévus pour un nettoyage, un stockage et un enlèvement sans danger. La négociation d’un enlèvement des déchets par le fournisseur peut être envisagée.
  • Ne pas utiliser de granules de caoutchouc. Prendre en considération les solutions alternatives (EPDM, matériaux naturels, …)
  • Eviter que l’eau de pluie tombant sur les terrains soit déversée dans les réseaux sans un traitement préliminaire.  Si possible, le système de collecte des eaux doit être équipé d’un bassin de rétention pour éviter le débordement du système de traitement des eaux de pluie du terrain.
  • Encourager l’investissement dans l’amélioration des techniques de traitement des eaux usées au niveau des stations d’épuration.

Les terrains de jeux synthétiques sont faits pour durer. Une meilleure gestion permettra de réduire leur impact sur l’environnement.

Lire l’article complet en anglais sur le site de la Kimo : http://www.kimointernational.org/news/microplastic-pollution-from-artificial-grass-a-field-guide/